L’Allemagne viticole peut se réjouir du réchauffement climatique

Allemagne, Schluchsee, mardi 26 juillet 2016 : je lis la carte des vins d’un « bon » restaurant allemand (toute proportion gardée vis-à-vis des pays limitrophes), et je découvre un Merlot allemand. Jusqu’à ce 26 juillet 2016, je choisissais systématiquement un blanc dans une carte de vins allemands, j’ai en effet beaucoup d’estime pour les Rieslings fins et distingués (je vous conseille Domdechant Werner ou Weingut Dr. Bürklin-Wolf). Là je suis en vacances, l’esprit libéré, et très ouvert aux nouveautés. N’empêche, un Merlot à cette latitude …

Bref, je vous passe les arguments et contre-arguments qui se sont Merlot-Vinum-Nobilebousculés dans mon cerveau, et je commande un Merlot 2014 de Vinum Nobile, à 27€ sur la carte des vins.

A première vue il y a de la matière, la couleur est foncée et intense. Le nez est fruité et profond. En bouche, la matière est présente, le vin est structuré et équilibré, cela confirme mes premières impressions. C’est très agréable et une belle finale vient ponctuer la dégustation. Et donc on peut produire du Merlot à cette latitude ? Oui mais laquelle ? Figurez-vous que ce vin est produit à Oberkirch, à quelques kilomètres à l’est de Strasbourg ! Je le placerai en dégustation à l’aveugle dans un avenir proche, son côté frais et charnu le rendra difficile à situer, géographiquement parlant.

Nous décidons de faire un léger détour sur notre trajet vers la Belgique, afin de glaner quelques informations, dont  un assortiment à déguster « at home ». J’oubliais, ce vin est vendu 9,90€ la bouteille, et il les vaut bien.

Oberkircher Winzer :