8ème salon du vin à Aiseau-Presles


Rendez-vous incontournable dans la région, ainsi d’ailleurs que les deux autres salons de Floreffe et Court-Saint-Etienne, la 8ème édition du salon Saint-Vincent se déroulait ce week-end du 03/03 au 05/03 à Aiseau-Presles. Organisation impeccable, comme d’habitude, sauf peut-être le parking de 500 places que je n’ai toujours pas trouvé.

Difficile de goûter à tout, néanmoins mes pas m’ont dirigé vers la Bulgarie que je vais visiter cet été, ainsi que vers l’Afrique du Sud dont l’histoire viticole a été largement détaillée dans le dernier numéro d’Essentielle Vino (n°12 de mars 2017).

La Bulgarie dispose de quelques cépages autochtones qui permettent d’élaborer des flacons « typiques », j’entends par là des breuvages aux arômes différents de nos habitudes. Ce pays était représenté par « Bulgaars Wijn Center », Valentina Grueva m’a proposé un tour d’horizon assez complet. Les blancs ne m’ont pas fait une grande impression, sauf le Dimyat de la maison Avludzena :

Du côté des rouges, même constat : certains vins sont légers (peu de matière, étroitesse de bouche) et d’autres sans âme. J’ai retenu le Melnik de « Mira » Sandanski :

Ainsi que le Gamza de Kotta 299 :

 

Du côté de l’Afrique du Sud, il y avait un Chenin sec de Kaapzicht de belle facture (8€), un Gewurztraminer de Paul Cluver avec un nez alsacien et une bouche sud-africaine (8€), mais surtout un Hanepoot Jerepigo de Kaapzicht assez étourdissant. Il s’agit d’un vin de dessert vieilli en fût de chêne pendant 3 ans, avec une fraîcheur et une sucrosité parfaitement intégrées :