2014 : millésime de transition à Bordeaux

Il y a au moins une constante dans le monde du vin, ce sont les déclarations annuelles prédisant un millésime si pas exceptionnel, au moins excellent, et ce chaque année après les vendanges. Or, nous savons tous qu’il y a au moins un facteur instable dans l’élaboration d’un vin : la météo ! Le gel tardif d’avril qui va tuer les bourgeons, les grêles qui abîment le raisin, l’absence de soleil qui retarde le cycle végétatif, les pluies de septembre qui gorgent les raisins d’eau, la sécheresse qui bloque la croissance. Bref, la nature n’est pas à court d’idées pour mettre des bâtons dans les roues des viticulteurs.

Qu’en est-il donc de ce millésime 2014 à Bordeaux et plus précisément dans le microcosme des Grands Crus de Bordeaux : nous parlons ici de 135 châteaux « haut-de-gamme », alors que Bordeaux compte plus ou moins 6000 propriétés. Ces dernières proposent déjà des millésimes 2015 à la vente, ce qui n’est pas le cas des Grands Crus : leur millésime 2014 était présenté à Bruxelles début mars (une centaine de châteaux étaient présents !), ce qui nous permet d’en avoir une image assez objective.

Pour rappel, 2012 fut très moyen, la pluie fort présente a dilué les raisins, heureusement la fin de saison a permis de récupérer des grains sains : le millésime est classé de moyen à bon. 2013, quant à lui, fut marqué par un retard de floraison et des grêles dévastatrices en août : ce fût un millésime très technique où les bons vignerons ont su produire de la qualité mais en petite quantité.

En 2014, la fin de saison a été exceptionnelle, les conditions climatiques lors des vendanges étaient optimales. Selon Olivier Bernard, Président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux, « il s’agit d’un super millésime, avec un super rapport qualité/prix ». Mais il ajoute immédiatement que 2015, mais surtout 2016, seront des millésimes vraiment exceptionnels. Toujours selon Olivier Bernard, 2014 est, en rouge, un millésime « masculin » avec de l’acidité, des tanins parfois un peu tendus. Du côté des blancs, on trouve de jolis blancs secs et des Sauternes assez bien réussis.

Qu’en est-il réellement après dégustation ? J’ai débuté ma visite par une très large sélection de Graves et de Pessac-Léognan blancs : il y a effectivement une certaine homogénéité dans ces vins, je confirme le qualificatif « joli » employé par Olivier Bernard. Disons que ce sont des vins corrects, en général très frais, où les fruits sont discrets. Quelques châteaux sortent du lot : Chantegrive (arômes fruités, matière suave, excellent équilibre), Malartic-Lagravière (nez distingué et complexe, belle finale, excellent équilibre), Smith Haut Lafitte (nez complexe sur le floral, les fruits et les épices, bouche ample, matière épanouie) et Pape Clément (nez épicé et empyreumatique, bouche ample, matière droite).

Du côté des rouges, on remarque effectivement des tanins parfois accrocheurs et des bouches étroites à moyennement amples. Il est difficile d’émettre un avis définitif, la matière peut évoluer mais il est clair qu’un grand nombre de ces vins ne sont pas actuellement dans leur meilleure forme. J’ai néanmoins remarqué quelques châteaux qui peuvent se boire dès à présent tout en ayant la capacité à se laisser oublier quelques années dans votre cave :

  • à Saint-Julien, Beychevelle : nez profond sur les fruits noirs, le chocolat et le tabac, matière légèrement tannique et suave ;
  • à Pauillac :
    • Haut-Bages Libéral : nez sur les fruits rouges et noirs, le cacao et le tabac, bouche franche et ample, tanins présents mais apprivoisés ;
    • Lynch-Bages : nez profond et complexe sur les épices et le cuir, bouche franche et ample, tanins prometteurs ;
  • à Saint-Estèphe, Phélan Ségur : nez complexe sur le floral et les épices, matière consistante en devenir ;
  • à Pessac-Léognan, Pape Clément : nez fin et complexe sur les fruits rouges et noirs, matière charpentée et droite, finale assez longue.

Enfin, terminons par le meilleur moment : le dessert. Les Sauternes sont bien réussis, j’ai éprouvé beaucoup de plaisir en dégustant la plupart des vins. Voici quelques châteaux particulièrement appréciés :

  • Guiraud : nez citronné et empyreumatique, matière fraîche, finale assez longue ;
  • Haut-Peyraguey : nez de fruits exotiques, d’ananas et de miel, matière fraîche, finale longue et presque parfaite, excellent équilibre de l’attaque à la finale ;
  • Rayne Vigneau : nez fin sur le citron et les fruits jaunes, matière fraîche et suave, des arômes d’abricot, de miel et de noix fraîche sont présents en bouche, finale longue et plaisante ;
  • Sigalas-Rabaud : nez sur les fruits jaunes et le miel, matière fraîche avec un excellent équilibre sucre-alcool, la finale est très longue.

Vous retrouverez toutes les notes de dégustation sur le site plaisirduvin.be.